Univers de jeu (3.2)

Contextes de la Terre

Il est possible pour les Féeriques de visiter n’importe quel Contexte de la Terre : lieux exotiques, époques reculées, civilisations méconnues, voire élucubrations sur des sujets où les données sont rudimentaires (la proto-histoire) ou même apocryphes (continents perdus) ou constituent une pure invention de l’esprit enfiévré du meneur (anticipation du futur). La seule contrainte est qu’il existe une vie intelligente sur Terre qui interagisse avec Féerie : pas de visite aux dinosaures, donc… à moins bien sûr d’un effet incontrôlé majeur sur un puissant sortilège de Clairvoyance ou de Voyages, par exemple. L’Imaginaire n’ayant alors pas de sens, tout se passe techniquement comme s’il était nul (aucun modificateur n’est appliqué aux Féeriques) mais naturellement il n’existe aucun Point de Contact.

Veillez cependant au respect du genre : Contes de Fées est avant tout un jeu sur le thème féerique et, sauf incursion ponctuelle à caractère de clin d’œil, évitez de faire de l’Atlantide ou de l’apocalypse nucléaire le sujet central de vos parties. Gardez-vous a fortiori d’y mêler d’autres thématiques fantastiques, religieuses ou science-fictionnelles (ou alors, à titre d’hommage, via un Domaine dont les Correspondances et la Manifestation des habitants mettent en jeu une symbolique similaire). En outre, comme les scénarios sont vécus du point de vue des Féeriques, le quotidien contemporain le plus banal n’est pour eux ni plus ni moins mystérieux voire perturbant que l’empire hittite. Sachez varier vos plaisirs entre l’exploration de cultures dépaysantes, que vous aurez la délicatesse de dépeindre avec le respect qu’elles méritent, et le décalage subtil qu’impose le regard féerique sur notre réalité moderne (pourquoi ne pas calquer les Terrestres que les personnages rencontrent sur les joueurs qui les incarnent ?).

Enfin, gardez-vous d’adopter un point de vue monolithique sur les Contextes : tous grouillent de minorités, de microcosmes qui sont autant de milieux riches de possibilités narratives (naturellement, les Féeriques y verront des Domaines différents réunis au sein d’un même Royaume). Ainsi, quand vous pensez aux Etats-Unis modernes, n’oubliez pas les réserves Navajo (il peut d’ailleurs être intéressant de jouer sur les différences entre une rencontre avec cette culture au 15ème siècle dans son état traditionnel et une rencontre moderne, en passant par des Points de Contact différents). De même, dans notre quotidien, on peut côtoyer des gitans, des adeptes de l’ésotérisme, des extrémistes politiques et autres cultures minoritaires qui manient des idées, un langage, des codes qui leur sont propres : sachez en tirer parti, sans forcer excessivement le trait.

Il est à noter que les rêves habituels des Terrestres sont des Contextes en eux-mêmes, quoique éphémères. Il est possible d'observer les rêves des Terrestres via un sortilège d'Empathie jeté sur le rêveur. Il faut pour cela être présent à ses côtés, donc a priori sur Terre, sauf si le Terrestre est présent en Féerie et décide d'y dormir. On peut accéder aux rêves observés en ouvrant un Point de Contact depuis Féerie vers le Contexte du rêve (il faut donc rentrer en Féerie si le rêveur est sur Terre).

Le niveau d'Imaginaire d'un rêve est à déterminer par le meneur mais peut être extrêmement variable et dépend peu de celui du Contexte du corps physique du rêveur. Plus ce niveau d'Imaginaire est élevé, plus la réalité du rêve est fluctuante de façon arbitraire et imprévisible. Considérez qu'il s'agit d'un environnement Influencé en permanence par l'inconscient du rêveur et que tout y est possible : son apparence et ses propriétés fluctuent et peuvent être hostiles aux Féeriques qui s'y aventurent. Les Croyances qui s’y appliquent sont purement l’expression des pensées plus ou moins conscients du rêveur. Lorsque le rêve s'arrête, les Féeriques qui le visitaient en sont expulsés et se retrouvent à leur point de départ.

Quand un Terrestre fait un rêve assez échevelé pour que son niveau d'Imaginaire atteigne zéro, un Point de Contact s’est ouvert. Il se retrouve non pas dans un Contexte terrestre mais bien en Féerie, dans un Domaine dont les Correspondances sont celles de son rêve (statistiquement, il existe forcément), mais dont il n'est pas le propriétaire ! C’est assez rare, mais ça arrive, notamment en cas de sommeil magique ou narcotique (le Domaine n’est alors pas toujours accueillant, y compris pour le rêveur). Si un Terrestre présent en Féerie y fait un rêve dont le niveau d'Imaginaire est de zéro (s'il n'est présent que mentalement, il « rêve qu'il rêve » !), il change de Domaine, comme s'il utilisait le Talent Voyages, mais les Correspondances sont déterminées arbitrairement par son inconscient...

En termes techniques, lorsque vous décrivez un Contexte, il vous faut cartographier les niveaux d’Imaginaire qu’on y trouve et qui peuvent être très différents d’un point à un autre (notamment en fonction de l’histoire des lieux, de leurs caractéristiques esthétiques et de la population qui l’habite). En outre, ces niveaux d’Imaginaire peuvent fluctuer selon des cycles ou en fonction des événements qui s’y produisent, jusqu’à l’ouverture d’un Point de Contact le cas échéant. Enfin, il vous faut décrire les effets précis des différentes superstitions en vigueur dans les diverses populations locales.

 

 

Précédent (Le royaume terrestre) / Suivant (Les Terrestres)

 

Tous droits réservés Imaginez.net© - Aucune reproduction partielle ou totale sans l'accord écrit préalable des auteurs.